Communiqué des salariés du Samusocial de Paris

Publié le par collectifurgenceuntoit

 

APPEL A LA MOBILISATION  


 Par notre  mouvement  de  grève et notre  appel  à  la  mobilisation  du mercredi  6 juillet 2011, nous, salariés du Samusocial de Paris, exprimons notre indignation et notre désarroi face à la  baisse  drastique des moyens qui nous sont alloués  pour mener à  bien notre  mission. En  effet  les  restrictions  budgétaires  appliquées  ne nous  permettent  plus  aujourd’hui  d’assurer  ce  qui  fonde  l’objet  même  de  notre  institution  :  la  mise  à  l’abri  des  personnes  en  situation  de  détresse  et  de  grande  précarité.  Des  quotas  ont  été  appliqués  à  la  prise  en  charge  des  familles,  avec  lesquels  ne  pouvons  plus  prendre  en  charge  que  0  à  10%  des  demandes  d’hébergement  selon  les  jours,  et  laissons  ainsi  à  la  rue  des    femmes,  des  enfants,  des  nouveau‐nés,  sans  aucune  solution.  Il  en  va  de  même  des  personnes  seules  qui  subissent  la  fermeture  de  centres  alors  même  que  depuis  des  années  déjà  se  fait  ressentir  un  manque  cruel  de  places  en  foyers  d’hébergement  d’urgence,  et  que  les  solutions  au  niveau  de  l’insertion sont largement insuffisantes.  

   Cette  situation  est  alarmante,  et  ce  type  de  restrictions  s’applique  malheureusement  à  tous  les  secteurs  de  l’urgence  sociale, touchant  tous  les  aspects  du  quotidien  de  notre  public.  Ceci  dans  un  contexte  de  crise  sévère  du  logement,  d’augmentation  de la population en situation de grande précarité, et d'un recours aux expulsions locatives en augmentation.     

   C’est  pourquoi  nous  avons  appelé  l’ensemble  des  acteurs  du  champ  de  l’urgence  sociale  à  nous  rejoindre  et  à  se  mobiliser  avec  nous  pour  dénoncer  le  désengagement  de  l’Etat  face  à  ces  problématiques,  et  réclamer  les  mesures  qui  s’imposent  pour  sortir  de  cette  grave  impasse sociale.  


Nous appelons les autorités :  

‐  A  se  mettre  en  conformité  avec  les  obligations  prévues  par  la  loi,  c’est  à  dire  l’accueil  

inconditionnel de toute personne à la rue  

‐ A débloquer le budget qui permettait la prise en charge des familles au Samusocial de Paris,  

et dans les autres départements en France  

‐  A  mettre  en  œuvre  en  urgence  les  moyens  nécessaires  pour  accueillir,  héberger  et  loger  

décemment toute personne sans logis ou en difficulté de logement  

‐ A respecter et appliquer les lois qui contribuent à cet objectif (Loi DALO, loi de mobilisation  

des logements vacants, loi SRU ...)  


  Les salariés du Samusocial de Paris  

 

 

 Soutiens / Signataires :  

Albert jacquard, Mgr Jacques Gaillot, le DAL, le Comité Des Sans Logis, la  

Fondation Abbé Pierre, Les enfants de Don Quichotte, Les Enfants du Canal, Le collectif des  

Morts de la Rue, Amicale du Nid Paris, Association Primo Levi, Bagagérue, Association  

Solidarité Jean Merlin, CSF logement, USP (Union Syndicale de la Psychiatrie), MSH Paris,  

ADVOCACY, Collectif SDF Alsace, Jeudi Noir...  

SUD santé‐sociaux, SUD aérien, Martine Billard (députée de Paris, co‐présidente du Parti de  

Gauche), Le Parti de Gauche, le NPA, le P.C,  Europe Ecologie Les Verts : Véronique Dubarry  

(adjointe au maire de paris), Jacques Boutault (maire du 2éme ardt), Julien Bayou (conseiller régional), 

Augustin Legrand (conseiller régional) 

 

Commenter cet article