L'historique

Publié le par collectifurgenceuntoit

Historique du mouvement et de la création du collectif

 

Le 6 juillet 2011, les salariés du Samusocial de Paris se mettent en grèvent, et manifestent pour protester contre les nouvelles mesures imposées qui traduisent une réduction drastique des moyens alloués au Samusocial de Paris pour la prise en charge des familles, et des femmes seules. Depuis le mois de mai, 90 à 100% des familles sollicitant le 115 restent sans solution et sont contraintes de dormir dehors ou de se mettre à l'abris dans les hôpitaux. Une cinquantaine de femmes restent également sans solutions quotidiennement suite à la fermeture du centre d'hébergement d'urgence (CHU) Yves Garel. 

Dans ce contexte, les salariés du Samusocial de Paris organisent une première manifestation le mercredi 6 juillet devant l'hôtel de ville, et une marche le samedi 6 juillet de l'hôtel de ville jusqu'au ministère du logement à Solférino. La grève aura duré cinq jours, et la mobilisation, elle, continue depuis. 

De nombreuses structures et associations se joignent au mouvement, notamment le DAL, présent à chaque manifestation et dont les familles adhérentes investissent le square Boucicaut le samedi 16 juillet à la suite de la marche hebdomadaire du samedi à Solférino. Sont présents aussi le CDSL, Le collectif Action Hébergement Logement 94, des salariés de nombreuses structures parisiennes et d'Ile de France du secteur de l'urgence sociale et de l'insertion (salariés d'interlogement 93 / 115-93, d'Emmaüs, de MDM, d'Aurore, du Secours Catholique, d'accueils de jours, de foyers d'hébergement...). Ces professionnels du social se joignent d'abord à la mobilisation en solidarité avec les salariés du Samusocial de Paris qui réclame les moyens nécessaires à la prise en charge des familles sans-abris, puis le mouvement se structure autour de revendications fondamentales et communes à l'ensemble de ces acteurs, que sont : 

 

  • L'accueil inconditionnel de toutes personne à la rue et le débloquage des budgets permettant la prise en charge des personnes seules et des familles sans abris.
  • La mise en oeuvre en urgence des moyens nécessairesà l'accueil, l'accompagnement, l'hébergement et le logement de toutes les personnes sans logis ou en difficulté de logement.
  • Le respect et l'application des lois qui contribuent à cet objectif (l'accueil incontionnel, la loi de réquisition, le D.A.L.O, S.R.U ...)
  • Enfin, qu'une réelle réflexion sur les dispositifs actuels de l'urgence sociale et de l'insertionsoit engagée par les pouvoirs publics (au delà des slogans creux et des simplifications réductrices que nous entendons actuellement) en consultation avec les professionnels de terrain, afin de mettre en oeuvre à terme les solutions plus adaptées aux publics pris en charge.

Les manifestations se répètent tous les samedis depuis, afin de maintenir une pression constante et de profiter de cette dynamique qui a émergé.

En parallèle, des réunions inter-associatives regroupant certains de ces acteurs se mettent en place les lundis à 18h à la Bourse du Travail. Pendant ces réunions est décidée la création d'un collectif regroupant un maximum d'acteurs, structures, associations du secteur social, afin de mutualiser les ressources en hommes, en idées et en expériences, et d'avoir le plus de poids possible pour soutenir ces revendications.

Nous souhaitons que par le biais du mouvement qui a vu le jour et de l'action du collectif cette dynamique impulsée se maintienne encore afin d'obtenir les avancées nécessaires lors des échéances cruciales de la rentrée 2011.

Publié dans Actu du mouvement

Commenter cet article