Le fil rouge

Publié le par collectifurgenceuntoit

Manifestations du 13/08/2011 :

- Les expulsés de la rue des Sorins ont manifesté ce matin à Montreuil, accompagnés des représentants de quelques associations (DAL, CAHL 94, travailleurs sociaux...) et de quelques élus de la Mairie de Montreuil. Ils on ensuite rejoins la manifestation de la passerelle Senghor l'après-midi. 

- Environ 150 personnes étaient présentes à la manifestation de ce samedi après-midi, dont : le DAL, des expulsés de la rue Sorin, des salariés du Samusocial de Paris, du 115 du 93 et d'interlogement 93, des représentants du Collectif Action Hébergement Logement 94, des représentants du Parti de Gauche, de Sud et Solidaires...

La manifestatation s'est déroulée sans encombres jusqu'au square Boucicaut, avec halte et prises de paroles devant le ministère du logement, comme à notre habitude...

Hormis une brève apparition de France 3 régions, les médias n'ont pas été au rendez-vous cette fois-ci.

Nous poursuivons bien entendu la mobilisation par ce rendez-vous hébdomadaire, au vu de l'absence de réponses de la part du gouvernement, et vous donnons aussi rendez-vous dès à présent le 3 septembre prochain pour une grande manifestation. Il s'agira de marquer la rentrée, pour que la situation des sans-abris et des mal-logés de notre pays fasse partie intégrante des débats et de l'actualité en septembre !! Faites passer le message et venez participer, pour exiger des réponses concrêtes pour la fin de l'année et pour l'année prochaine face à cette crise humaine et sociale ! 

 

PROCHAINE MANIFESTATION LE SAMEDI 20 JUILLET À 14H DE LA PASSERELLE LEOPOLD SENGHOR (M° SOLFERINO) AU SQUARE BOUCICAUT (M° SEVRES BABYLONE)

 

PROCHAINE AG DU COLLECTIF LE MARDI 16 AOUT À 18H À LA BOURSE DU TRAVAIL (rue du Château d'eau, M° République.)

 

(consulter l'agenda de la mobilisation pour le calendrier des dates à venir.)

 

Compte-rendu du 8/08/2011 sur les mobilisations précédentes :

Les mobilisations de juillet (le mercredi 6 juillet, puis tous les samedis) ont rassemblé entre 150 et 300 personnes chaque semaine, des professionnels, des citoyens, des personnes sans-abris, avec une médiatisation importante et relativement constante, qui nous a permis d'avoir une certaine visibilité dans les médias qui continuent de suivre le mouvement.

Sont présents lors de ces manifestations : des salariés du Samusociale de Paris, le DAL, le CDSL, Le collectif Action Hébergement Logement 94, des salariés de nombreuses structures parisiennes et d'Ile de France du seaaaaaacteur de l'urgence sociale et de l'insertion (salariés d'interlogement 93 / 115-93, d'Emmaüs, de MDM, d'Aurore, du Secours Catholique, d'accueils de jours, de foyers d'hébergement...).

Des délégations ont été reçues à plusieurs reprises, d'abord à l'Hôtel de ville, puis au Cabinet du Secrétaire d'Etat au logement, afin de faire entendre nos revendications. La Mairie de Paris nous assurait déjà début juillet de son soutien, malgré qu'elle ait elle-même une part de responsabilité dans la prise en charge des personnes en situation d'exclusion ou de précarité et qu'elle n'ait au début apporté aucune réponse concrète. Mais la ville a finalement alloué une subvention exceptionnelle de 300 000€ au Samusocial de Paris qui lui permet actuellement de prendre en charge 250 familles supplémentaires, ce qui constitue une avancée non négligeable, bien que tout à fait ponctuelle et insuffisante. 

Autre avancée : Le Samusocial a de nouveau été autorisé à prendre en charge systématiquement les familles demandeuses d'asile en attente de leur 1er RDV à la CAFDA, qui étaient depuis mai laissées à la rue...

Du côté de l'Etat par contre, aucune réponse, ni même de positionnement clair sur la question, à part celui du "tout va bien ne vous inquiétez pas" :le discour eménant du Ministère du Logement consiste en un déni cynique et mensonger de la situation que nous constatons sur le terrain et que nous dénnonçons actuellement, ainsi que le déni des restrictions budgétaires qui touchent pourtant toutes les structures et tous les départements. M. Apparu a déclaré le 20 juillet dernier que dans un pays comme la France, en 2011, aucun enfant n'est laissé à la rue...

 

 

Publié dans Actu du mouvement

Commenter cet article